La gratitude : une haute valeur morale ou une arme de culpabilisation et de soumission ?


Easy coaching, Wild coaching

En développement personnel, on dit souvent qu’il faut être reconnaissant,
exprimer sa gratitude.

Plus tu es reconnaissant, plus tu reçois.
Pour une fois, je suis tout à fait d’accord avec cette idée du développement personnel.

MAIS tu te doutes bien avec ce titre, qu’il y a un MAIS…

Selon le Larousse, la gratitude est la reconnaissance pour un service ou bienfait rendu ou un sentiment affectueux envers un bienfaiteur.

Et le l’ingratitude, c’est le manquement de reconnaissance pour un bienfait reçu ou envers son bienfaiteur.

Je regardais une vidéo, d’un gourou du dev perso sur YouTube,
le mec est à fond dans la gratitude attitude,
il disait en substance :
qu’il fallait être reconnaissant, exprimer sa gratitude envers ceux qui te font du mal, car ils te permettent de te dépasser et d’apprendre sur toi.

Euh… seriously ?

Se dépasser et apprendre sur soi dans une épreuve cela s’appelle la force morale, la force d’âme !

La gratitude ne vient qu’après la force morale qui t’as permis de te dépasser et d’apprendre sur toi.
Et dans ce cas, c’est tes capacités de résilience qui s’exercent pas la gratitude.

Et c’est toi que tu devrais remercier, pas ton bourreau ! Ce n’est pas un bienfaiteur du tout, c’est toi seul qui a su transformer une épreuve en un bienfait !

Ceci dit,
je suis vraiment d’accord avec le fait que l’on doit être CONSCIENT et reconnaissant envers les bienfaits de la vie, de la Nature, des gens que l’on aime, qui nous aiment, nos clients qui nous font vivre, d’avoir accès à internet, à l’eau potable, aux médicaments, etc.

Bref à tout ce qui nous apporte des bienfaits et du confort dans notre vie.

MAIS cette position de gratitude t’empêche clairement d’exercer ton esprit critique et ta souveraineté intérieure.

Parce que si tu n’es pas reconnaissant pour un bienfait, tu es forcément un ingrat,
une sale engeance incapable de reconnaître les bienfaits que l’on t’offre.

Regarde avec l’histoire des 11 vaccins.
Tu peux être reconnaissant de la vaccination sur la polio, la tuberculose, etc,
mais refuser catégoriquement que l’on vaccine ton bébé avec 11 vaccins, dont l’hépatite B.

Tu agis souverainement, mais on te fera passer pour un débile
et bien pire encore à supporter en société,
on te fera passer pour un ingrat qui fout la collectivité en danger.

Alors que tu es reconnaissant de la vaccination, mais tu ne veux tout simplement pas prendre le risque de vacciner ton bébé pour l’hépatite B.

Autre exemple.
Si tu ne supportes pas l’intégrisme féministe actuel, tu deviens une ingrate (comme moi) par rapport aux femmes qui se sont battues pour nos droits et nos libertés.

Euh… seriously ?

Du coup, je devrais dire merci à n’importe quelle excitée à la conscience politique et historique aussi élevée qu’une moule huître parce qu’elle s’autoproclame féministe ?

Quand quelqu’un souhaite te culpabiliser, parce qu’il est à bout d’arguments, il utilise l’ingratitude comme argument ultime.

Tu reproches un seul truc à tes parents pour des milliers de choses dont tu es reconnaissant, tu es un enfant ingrat !

Tu te plains de ton salaire ou sur tes conditions de travail, tu es un sale ingrat  et il y a 50 000 chômeurs qui voudraient bien ta place !

Tu ne vas pas voter, tu es un ingrat qui ne respecte pas ceux qui sont morts pour ce droit !

Dans tous les cas, si tu critiques quelque chose en quoi l’autre croit, tu deviens un ingrat.

Et être traité d’ingrat est une très grosse insulte à ta probité, à ton intégrité morale.

Pointer du doigt ton ingratitude est l’arme suprême quand on veut te culpabiliser et te faire passer pour un idiot sans cœur !

Alors tu deviens reconnaissant pour tout et n’importe quoi !
Cela t’évite bien des problèmes de te situer dans la gratitude attitude.

Sauf que tu sais bien au fond de toi,
que la vie n’est pas aussi simple,
et que la nature humaine est faite de paradoxes.

On peut être reconnaissant et malgré tout faire des reproches,
on peut offrir et donner des bienfaits pour manipuler les sentiments des autres,
on peut recevoir de la générosité et se sentir humilié de recevoir ces bienfaits.

La pouvoir de la gratitude comme celui de la positivité n’ont de sens et d’intérêt que lorsque tu les utilises de manière souveraine.
C’est à dire consciente.

C’est important de savoir à qui, à quoi et pourquoi tu adresses VRAIMENT ta gratitude.

La gratitude, c’est un peu comme le respect ou la loyauté. Des valeurs morales très élevées que tu n’accordes pas à n’importe qui ou à n’importe quoi.

Mais quand tu étais petit, on t’a obligé à dire merci, à être reconnaissant la plupart du temps sans savoir pourquoi tu devrais l’être.

À foutre de la gratitude à toutes les sauces, à la rendre systématique et sans réflexion une fois adulte, on la vide de son essence, de ses vertus et des bienfaits qu’elle devrait nous procurer.

Pour retrouver ta souveraineté intérieure, c’est à dire ta paix intérieure, savoir utiliser la gratitude comme une force intérieure morale et pas comme un vulgaire moyen d’acheter la paix avec les autres comme quand tu étais petit. Pour ne plus te sentir coupable ou ingrat sans raison quand tu défends tes convictions, il suffit de faire un peu de tri dans tes pensées et tes émotions en réservant ta séance d’Easy Coaching.

Au plaisir d’aller de l’avant ensemble, on se retrouve sur Skype, WhatsApp ou au téléphone.

Marjorie Easy Coach

PS Pas encore abonné au Wild Coaching, inscris-toi pour l’article du jour directement dans ta boite mail

PS : besoin d’un renseignement supplémentaire, d’une facture, de vérifier les disponibilités merci d’utiliser ce formulaire de contact ou mon mail personnel : marjoriemoulineuf@gmail.com

2 réponses à « La gratitude : une haute valeur morale ou une arme de culpabilisation et de soumission ? »

  1. Très bon article, je suis bien d’accord.
    Ce type qui conseille d’être reconnaissant envers ceux qui nous ont fait du mal, c’est n’importe quoi. Comme le truc de tendre l’autre joue. Pardonner à la limite, et encore tout n’est pas pardonnable franchement, il ne faut pas exagérer. Il y a de quoi s’interroger sur les intentions des personnes qui préconisent ce genre de choses.

    Ton exemple sur les vaccins est pertinent. D’ailleurs la France est particulièrement intolérante sur ce sujet. Alors que pour la moitié des pays d’Europe, aucun vaccin n’est obligatoire ! Et ils ne s’en portent pas plus mal. On nous met clairement la pression pour faire tourner l’industrie pharmaceutique.

    Beaucoup de choses dans cet article… Autre sujet brûlant, l’intégrisme féministe.
    Je suis content que tu abordes un peu le sujet en tant que femme. C’est délicat d’en parler en tant qu’homme. Même si je suis à 100% pour l’égalité, il y a des dérives et c’est vraiment dommage. Mais ça prouve bien que la bêtise n’a pas de genre 🙂

    1. Hello Sandro
      Merci de ton soutien car c’est pas toujours évident d’aller d’expliquer des choses à contre-courant.
      Pour les vaccins, je pense que c’est une question de business international. L’Europe est éduquée et personne ne se fait d’illusion d’où leurs règles très souples en matière de vaccination mais le pays de Pasteur doit en faire l’apologie pour son image de marque.

      Pour en revenir à la gratitude, les intégristes féministes, social justice warrior, vegans, écriture inclusive, théorie du genre, lutte contre l’antisémitisme, racisme, etc, ils se positionnent tous comme des bienfaiteurs de l’humanité. Ils t’expliquent leurs bienfaits : comment ils vont éradiquer la souffrance en général et les inégalités.

      Tu défends la cause « humaniste » et tes bienfaiteurs ou sinon tu es ennemi de la cause « humaniste » et donc un paria ingrat qui sera stigmatisé et culpabilisé. En bienfaiteurs de l’humanité, ils savent mieux que toi ce qui est bon pour toi et comment faire de toi un Homme meilleur. Perso, c’est comme cela que je définis l’idéologie et le principe du fascisme.

      Je parle souvent de la dictature de la bien-pensance, mais on se dirige à pas de géant comme dans le bouquin d’Ira Levin « Un bonheur insoutenable ». Un peu différent d’Orwell et de « 1984 » car la dictature est imposée par la sollicitude, la pensée positive et la psychothérapie 🙂 c’est surement la contre-utopie la plus réaliste de ce qui se passe actuellement.

Ajoutez votre grain de sel !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.