Est-ce que l’on doit limiter ses désirs pour être heureux comme les bouddhistes  ?


Easy coaching, Wild coaching

Souvent on se dit qu’on sera heureux,
quand on aura ceci ou cela.

On aura obtenu le job de nos rêves,
quand on sera en vacances,
quand on aura une plus belle voiture,
une plus grande maison.

Qu’on le sera heureux si l’on est,
plus intelligent, plus beau, plus maigre,
plus serein, plus riche ou plus amoureux.

Dans ce cas, on conditionne notre bonheur futur à l’obtention d’un résultat.

Le problème avec ces pensées, on peut se sentir insatisfait jusqu’à ce que l’on obtienne le résultat espéré. C’est le mode de pensée à l’occidental.

Du coup, c’est très inconfortable à vivre parce que l’on a l’impression de vivre dans le manque permanent.

Faut-il pour autant ne pas avoir de désirs comme le préconisent les bouddhistes ?

Ne pas espérer la grande maison, devenir riche ou tomber amoureux pour se détacher des choses matérielles de ce monde ou de l’attachement aux gens ?

Faut-il renoncer à l’« avoir » pour ne faire que « être » ?

Perso, c’est le genre de pensées qui ne me bottent plus.
J’ai à nouveau espoir d’aimer à nouveau autant que j’ai pu aimer.
D’améliorer mes conditions de vie,
j’ai toujours rêvé d’avoir un élevage de cochons qui vivraient en liberté,
d’écrire des livres qui deviendront des best-sellers.

Oui, oui, dans mes rêves les plus fous, je vends mes livres par millions à travers le monde et je vis entouré par mes cochons presque sauvages.

Avant, tout ce que je n’avais pas, mais que je désirais ardemment me rendait malheureuse et insatisfaite de moi.

Alors, je m’étais dit : « Marjorie, revois tes ambitions, tes désirs à la baisse et tu obtiendras plus facilement le résultat »

J’essayais de me convaincre que je n’aimerais plus jamais autant un homme que le père de mon fils,
qu’à mon âge, je pouvais renoncer à la passion,
qu’être éditée et traduite en Corée, c’était déjà bien.
Et que mon appartement avait une superbe vue sur les montagnes et que j’étais chanceuse de vivre dans de telles conditions.

J’étais moins insatisfaite, globalement plus heureuse,
je me sentais plus spirituelle,
mais en revanche, je n’avais plus de jus ! Plus de niaque !

En éliminant sciemment mes désirs les plus fous,
je m’étais déconnectée de mes sources de motivation.

Et nos désirs les plus profonds (je ne parle pas des caprices ou des lubies, bien sûr) sont le moteur de notre être.

Dans mon cas, l’élevage de cochons, ça fait trente que j’en rêve. Depuis le jour où j’ai eu à m’occuper d’une porcherie au Canada, et que j’ai appris à connaitre ces animaux. Ce n’est pas une lubie même si ce n’est pas la priorité absolue dans ma vie.

Nos désirs sont le moteur de la VIE et le manque en est sa manifestation. Car le désir vient du manque.

C’est d’autant plus bête pour une PNListe comme moi, d’être tombé dans ces pièges, la première fois que dans l’AVOIR et la seconde excessivement dans l’ÊTRE.

En réalité, c’est très facile de concilier les deux,
l’avoir et l’être,
nos désirs profonds et notre satisfaction quotidienne,
c’est juste une question de vocabulaire.

C’est en lisant le livre d’un bouddhiste « repenti » qui explique comment il s’est fourvoyé dans le bouddhisme et la spiritualité que j’ai pigé mon erreur.

Il avait vécu dans des ashrams, suivit de nombreux enseignements spirituels de maîtres à penser très connus. Il y a un dicton dans certaines branches du bouddhisme : « si tu croises le chemin d’un bouddhiste, fuis-le ».

Lui, c’est un peu ce qu’il a fait. Il est toujours bouddhiste, mais détaché des conventions et des dogmes.

Il lui a fallu une vie pour comprendre les quelques mots qui pouvaient faire toute la différence pour garder ses désirs ardents tout en étant satisfait et spirituel au quotidien.

Il ne dévoile aucun secret, cette vérité est accessible depuis la nuit des temps.
Et même si je te disais les 3 mots qui changent tout dans la vision du monde,
tu ne t’en servirais pas.

Parce qu’il faudrait comme cela l’a fait pour moi, comme cela l’a fait pour lui,
que cette distinction émerge de ta conscience.

Que cela soit toi qui t’en rendes compte et non pas une vérité que l’on t’assène comme cela !

Maintenant que je sais le faire pour moi, je peux te montrer comment faire. C’est clair qu’on n’apprend pas ce genre de trucs en PNL ni même en coaching, mais la PNL a des protocoles qui permettent de faire émerger les idées et des concepts dans tes ressources internes.

Ces mots presque magiques, tu les connais, il suffit maintenant de les appliquer à l’AVOIR et à l’ÊTRE pour être en parfaite adéquation entre tes désirs profonds et ton quotidien. Il te suffit de réserver ta séance d’Easy Coachnig pour faire émerger toutes ses nouvelles possibilités.

Au plaisir, on avance ensemble, on se retrouve sur Skype, WhatsApp ou au téléphone.

Marjorie Easy Coach

PS Pas encore abonné au Wild Coaching, inscris-toi pour l’article du jour directement dans ta boite mail

PS : besoin d’un renseignement supplémentaire, d’une facture, de vérifier les disponibilités merci d’utiliser ce formulaire de contact ou mon mail personnel : marjoriemoulineuf@gmail.com

Ajoutez votre grain de sel !