Est-ce que les gens qui lisent beaucoup sont plus intelligents que les autres ?


Easy coaching, Héroïc coaching, Wild coaching

Ce n’est pas dans ces termes que la question m’a été posée,
mais bon je résume la demande de cette dame qui est passée par l’intermédiaire du blog.

À ce propos, n’hésitez pas à poser des questions sur le blog, (formulaire de contact)  j’ai remarqué que j’ai plus de non-abonnés qui m’interpellent que d’abonnés.
Si vous avez une question qui vous turlupine (j’aime bien ce mot) faites nous en profiter. Si cela se trouve, on se pose tous la même question.

Et puis si cela fait avancer le « schmilblick » ne serait-ce que pour une autre personne bah, ce n’est pas négligeable. 

C’est un échange ces newsletters, ce n’est pas un truc figé. Et merci encore à tous ceux qui participent, répondent ou font part de leur expérience.

Revenons à la question.

Évidemment, je lui ai répondu individuellement, mais je trouve sa question intéressante.

Est-ce que les grands lecteurs sont plus intelligents que les autres ?

Alors comme toujours, la vérité est ailleurs. 

Il est certain que l’accès à la culture, aux sciences, au débat d’idées, au genre de fiction que l’on apprécie particulièrement, n’était accessible avant que par le biais des livres et de leur lecture.

Au 20e siècle, il y avait bien la télé, la radio et le cinéma, mais ces médias sont par leur nature économique et temporelle trop limitée dans leurs offres.

Une fois que tu avais loupé l’émission ou le film que tu voulais voir, c’était mort ! Donc avant, il fallait lire pour être cultivé, se forger des opinions et comprendre le monde.

Les seuls supports accessibles à tous et non périssables dans le temps étaient les livres.
On stockait les idées et les données dans les livres. 
Et on achetait des livres pour avoir accès aux idées contenues dans les livres.

Est-ce toujours aussi vrai avec depuis que l’on sait numériser et stocker n’importe quelle idée en ligne ?

Clairement, non !

Oui, je sais certains auteurs ne se privent pas pour dire qu’il y a beaucoup de « bullshit » en ligne.

Oui, n’empêche que dans toute l’histoire de l’humanité, c’est la première fois qu’un individu lambda a accès à autant d’informations et d’idées différentes.

Et cela sur des supports différents. L’image, l’écrit ou l’audio avec des podcasts et même les jeux vidéos. 
Les jeunes du 21e siècle lisent peut-être moins des livres, mais ils sont plus à l’aise avec tous les autres supports.

Après est-ce la lecture qui nous rend plus intelligents ?

Bah… ça dépend de ce qu’on lit !

Je connais des gens qui sont de très grands lecteurs, même boulimique de lecture, ils enchaînent livre sur livre.

Sont-ils plus intelligents que la moyenne ?

Plus de connaissances certes mais plus intelligent je ne suis pas sûre.

Je vous explique mon point de vue de lectrice et d’auteur.

Pour moi un bon livre, c’est un livre qui donne envie de le relire. 

C’est-à-dire d’approfondir le sens et la compréhension du livre
ou bien si c’est un livre de divertissement et d’évasion, de replonger dans l’univers avec les personnages. 

Dans tous les cas, lorsque l’on apprend ou découvre quelque chose de nouveau, notre cerveau a besoin de temps pour l’intégrer et se l’approprier afin de lui donner du sens par rapport à notre propre expérience ou existence.

Donc (je parle pour moi) enchaîner les livres signifie que j’ai perdu le même temps que si j’avais regardé la télé.
J’ai fait travailler mon imaginaire ( la belle affaire pour un être humain !)  mais pas mon imagination et c’est l’immense et incommensurable fossé entre les deux.

Peu de gens savent faire la différence entre l’imaginaire et l’imagination dans leur vie.
Le premier est la cause de nos névroses, phobies, angoisses, croyances dévalorisantes et limitantes.

Alors que l’imagination est la solution à nos névroses, phobies, angoisses, etc.

Mes clients lorsqu’ils entament une quête héroïque comprennent vite la différence entre les deux. Ils ne le comprennent pas intellectuellement, ils ressentent la différence entre l’imaginaire et l’imagination. Quand on fait marcher son imagination, on n’a pas les mêmes sensations physiques qu’avec son imaginaire.

Bref,

Avant, j’étais une boulimique de lecture. Ça ne m’a pas rendue plus intelligente, peut-être plus cultivée, mais certainement moins consciente de moi.
Enchaîner des lectures qui ne nous bouleversent pas intellectuellement ou émotionnellement, c’est comme une fuite en avant dans l’imaginaire.

À force de me plonger dans les pensées et les univers des autres, il n’y avait pas de place pour le mien.

Quand je ne bossais pas ou ne dormais pas, je lisais !

J’ai le sentiment d’être bien plus intelligente maintenant que je lis peu, mais que je suis sélective dans mes lectures.

Avant j’avais comme croyance limitante qu’il fallait terminer un livre.

Alors j’ai lu des centaines de livres (tous genres confondus) sans intérêt pour mon imagination, jusqu’au bout !

Gloups !

Ça ne pas rendu plus intelligente et encore moins souveraine !

L’Intelligence n’est pas d’accumuler de la connaissance, mais de savoir quoi faire avec les connaissances accumulées. 

Par exemple si vous lisez « La prophétie des Andes » best-seller du dev perso, il vous faudra au minimum plusieurs semaines, voire plusieurs mois pour comprendre, intégrer et appliquer ce qui est expliqué. Et il vous faudra probablement relire plusieurs  fois des passages pour mieux comprendre.

Si vous enchaînez sur un autre livre de dev perso, vous aurez juste accumulé une connaissance. Vous n’en serez pas plus intelligent d’avoir lu « La prophétie des Andes ».

Alors pour répondre à la question, non les grands lecteurs ne sont pas forcement plus intelligents. 
Sinon, pensez bien que la lecture serait interdite depuis longtemps ! 

Ou les générations « livre de poche » comme moi, celle qui s’échangeait les livres par dizaines, nous serions tous de purs génies.

Humm, ça se saurait depuis le temps !

Ce qui compte n’est pas la quantité, mais la qualité.

La conscience qui en découle pas la connaissance.

Qualitativement, c’est plus intéressant de lire trois fois, dix fois le même livre parce que quelque chose résonne en nous,
que dix ou quinze livres d’affilé qui seront oubliés aussi sec.

Et n’en déplaise à tous les donneurs de leçons, les moralisateurs qui étalent leurs références pour montrer leur culture et leur pseudo intelligence, on voit bien à travers ce témoignage d’une abonnée à la newsletter, ce n’est pas l’imaginaire dont elle a besoin mais de compréhension et de faire marcher son imagination.  De prendre conscience de quelque chose.

 

Autre exemple, mon fils n’aimait pas lire des « livres », il ne lisait et ne relisait que ses mangas jusqu’à ce qu’il en tire l’essence et la moelle de ce qu’il avait à apprendre à travers les histoires qu’il avait choisi de lire. Il a lu au moins dix fois chacune de ses séries préférées.
.
Et croyez-moi, mon fils est bien plus intelligent, créatif, imaginatif et avec une meilleure estime personnelle que je ne l’étais moi-même au même âge où je lisais sans arrêt.

Il a développé son univers personnel et ses propres pensées quand moi je m’imprégnais de l’univers et des pensées des autres pour ne pas réfléchir par moi-même. Il a développé aussi bien son imagination que son imaginaire.

Je ne dis pas qu’il faut lire toujours la même chose mais la course à la quantité ne fait que flatter son ego ou son besoin de se réfugier dans l’imaginaire. Il y a des centaines de millions de livres à lire mais seulement quelques-uns qui vous parleront directement au cœur.  Alors ne perdez pas votre temps à lire un livre qui ne vous apporte rien. Ou alors assumez que cela soit un simple divertissement. Il n’y aucun mal à cela, bien au contraire.

Moi, je n’ai pas eu une enfance super agréable alors je me suis réfugiée dans l’imaginaire, d’où cette fuite en avant et ce besoin de lecture. Il n’y a que depuis une quinzaine d’années que j’ai appris à faire la différence entre les deux. Et devinez, c’est à partir de ce moment que j’ai commencé à prendre confiance en moi et à m’affirmer tel que j’étais. ( et pas tel que je me rêvais)

Si vous voulez simplement apprendre à faire la différence entre imaginaire ( névrose) et imagination (solution), réservez votre séance d’Easy Coaching. (une heure : 60 €)
Si vous souhaitez utiliser concrètement votre imagination pour sortir d’une névrose, des peurs, du manque d’estime de soi, du syndrome de l’imposteur, enfin n’importe quoi qui vous pourrit la vie, alors réservez une quête héroïque. ( 4 x 1h30 : forfait 320 € )

Bref, si je peux donner un conseil pour votre souveraineté intérieure,
si au bout d’un tiers du livre rien ne résonne en vous,
lâchez l’affaire. (ce n’est peut-être pas le bon moment pour vous et cela n’implique pas que le livre est forcément mauvais)

Cherchez des livres qui stimuleront votre imagination et votre imaginaire et là vous deviendrez à chaque fois un chouia plus intelligent si c’est votre souhait.

Marjorie Easy Coach

PS Pas encore abonné au Wild Coaching, inscrivez-vous pour l’article du jour directement dans votre boite mail

PS : besoin d’un renseignement supplémentaire, d’une facture, de vérifier les disponibilités merci d’utiliser ce formulaire de contact ou mon mail personnel : marjoriemoulineuf@gmail.com

 

Ajoutez votre grain de sel !