Croyez-vous aux signes ? Pensez-vous que nos actes puissent être guidés ?


Easy coaching, Wild coaching

Un petit coucou et reprendre les bonnes habitudes.

Après un petit périple en banlieue parisienne et dans le Loir-et-Cher,
deux ambiances bien différentes,
je suis contente d’avoir retrouvé ma vue sur les montagnes.

Et heureuse de reprendre mes petits mails quotidiens. Je ne sais pas si je vous ai manqué, mais moi vous m’avez manqué. J’aime bien nos petits échanges, vos petits mots quand ça vous plait.

Quand je voyage, j’emmène toujours avec moi 2 choses. Mon diapason et mes runes.

Mes runes, c’est un peu comme un gri-gri, puis les gens qui me connaissent aiment en général que je leur fasse un tirage.

Mon diapason à une vocation thérapeutique, il vibre à une certaine fréquence et posé sur le corps il permet de réharmoniser les vibrations du corps et des cellules. Il a un effet relaxant et restructurant.

Dans cette période de deuil, une petite séance de diapason a toujours un effet bénéfique et les runes apportent toujours un message d’espoir.

Or, il se trouve que j’ai préparé mon sac de voyage, j’ai pris le diapason, mais pas les runes. Cela m’a contrarié durant tout le trajet aller. Je ne saurais l’expliquer, mais j’avais la sensation de trahir mes runes !

Je sais que c’est dingue comme ressenti, mais cette sensation était bien réelle, bien qu’irrationnelle.

Depuis quelques mois, je travaille sur un ouvrage afin de rendre le message des runes vikings plus accessible et compréhensible. Mais, j’avoue que je fais cela un peu en dilettante sans vraiment me fixer d’objectif précis et de délais.

Évidemment, on m’a demandé si j’avais apporté mes runes et à chaque fois mon cœur se serrait quand je répondais que je les avais oubliées chez moi.

Je me suis dit qu’il fallait vraiment que je me remette à travailler sur cet ouvrage, mais bon les journées n’ayant que 24 heures, entre les coachings et le roman, le temps passe très vite.

Je me suis efforcée d’oublier mes runes pour me concentrer sur le travail en cours.
Je me voulais logique et rationnelle.

Sauf que …

Samedi dernier, une des mes amies me dit : « tiens, j’ai un bouquin pour toi »
Elle ne lit jamais de fantasy ni de SF et me tend un livre de contes et légendes sur les Vikings.

Bien évidemment, les runes sont omniprésentes dans ces histoires et encore une fois, je ressens ce vide oppressant à l’intérieur de moi. Comme si j’étais coupable de quelque chose que j’ignore.

Je dévore toute la nuit l’ouvrage en question, je prends des notes.
Et le lendemain, je repars voir d’autres amis et j’oublie le livre et mes notes !
J’étais déjà presque arrivé à Paris, il était trop tard pour faire demi-tour.

Franchement, à ce moment-là, je me dis : « c’est quoi mon problème avec les runes ! »

Ça va vous sembler dingue, mais j’ai l’impression de recevoir des messages me disant : « écris là-dessus » et que de l’autre côté mon inconscient fait tout pour me saboter.

J’essaye de me recentrer du mieux que je peux. D’abord le centre instinctif/intuitif, puis l’émotionnel et enfin le mental.
Je me sens un peu mieux, mais j’ai toujours cette sensation de fébrilité. (Pour apprendre à vous recentrer réservez votre séance de coaching en ligne ET sur mesure. 1 heure 60 €  et vous saurez pour toujours utiliser à volonté vos trois centres) 

Peut-être que cela vous est déjà arrivé.
L’impression qui va se passer quelque chose sans toutefois être capable de dire quoi ou quand.

Je mets cela sur le compte du stress, ça fait dix jours que je suis partie de chez moi. J’ai pris beaucoup de retard sur mon roman, car pour lui j’ai des objectifs très précis et un timing à respecter.
Même si j’adore mes amis et que dans l’absolu rien ne m’empêche de faire comme chez moi, je ne suis pas très confortable pour travailler.

Lundi matin, je dis au revoir à mes amis, prête à retrouver ma Savoie adoptive.
Je sors de Paris et je fais dans ma tête mon planning pour rattraper mon retard sur le roman.
J’ai toujours cette sensation oppressante qu’il me manque quelque chose.

Au premier péage à la sortie de Paris, je ne sais absolument pas pourquoi, je prends au dernier moment, le guichet le plus à droite (alors que j’arrivais plutôt au milieu).

Et je tombe face à deux grands blonds, sacs à dos immense, qui faisaient du stop jusqu’à Lyon.

Deux Danois !
J’ai passé plus de trois heures avec deux descendants de Vikings en chair et en os !

Malheureusement, je comprends bien l’anglais, mais le parle mal. Je n’ai pas pu discuter avec eux autant que je l’aurais souhaité. Mais ils ont eu le temps de m’expliquer la place que tenaient encore les runes et leur héritage dans leur culture actuelle.

Tandis que je conduisais, les éléments se mettaient en place dans ma tête. Comme si leur simple présence avait débloqué quelque chose en moi.
Pour la première fois en dix jours, je me sentais calme et apaisée intérieurement. Je savais exactement ce que j’avais à faire, pas simplement pour les runes, mais pour tout le reste !

Bien sûr, on peut dire que l’on voit des signes que l’on a envie de voir et qu’il n’y a rien d’extraordinaire à prendre en stop deux Danois.

Vous avez le droit de prendre pour une folle, mais j’ai toujours eu le don de précognition et j’ai le sentiment que mon petit « road trip » n’avait pour finalité que cet instant. Si vous saviez le nombre de changements qu’il y a eu durant ces 10 jours. Ce lundi, je n’aurais jamais dû me trouver sur la route.

Coïncidences, signes, destin, intuition, précognition, je n’en sais rien.
Je sais simplement que j’étais à la bonne place, au bon moment et avec les bonnes personnes. Deux inconnus, mais qui ont changé quelque chose dans ma vie. J’ignore ce que cela donnera en tous cas, c’est exaltant d’avoir ce sentiment de complétude après ces dix jours de fébrilité.
Voilà, voilà
J’ai retrouvé mes runes, mon roman, mon rythme et tout va bien.
Je suis contente d’avoir suivi mon instinct et j’espère que vous aussi savez l’écouter même si ce n’est pas toujours très confortable à vivre.

J’ai coutume de dire que l’on n’apprend rien de la Vie lorsque les choses ronronnent. Il a fallu que je ressente ce manque, ce sentiment irrationnel de trahison pour comprendre à quel point les runes étaient liées à la souveraineté intérieure. Comme une pièce de puzzle qui me manquait et que je m’acharnais à ignorer.

Mais bon, ce mail est déjà bien trop long et j’aurais l’occasion de vous en reparler.
Bonne journée et à demain.

Marjorie Easy Coach

PS Pas encore abonné au Wild Coaching, inscrivez-vous pour l’article du jour directement dans votre boite mail

PS : besoin d’un renseignement supplémentaire, d’une facture, de vérifier les disponibilités merci d’utiliser ce formulaire de contact ou mon mail personnel : marjoriemoulineuf@gmail.com

2 réponses à « Croyez-vous aux signes ? Pensez-vous que nos actes puissent être guidés ? »

  1. Combien de fois, j’ai mis mon instinct au placard ! Combien de fois, je m’en suis mordu les doigts ! Sinon, je ne sais pas si tu as connus « Bruno »… il participait à une émission le soir sur… A2 ? C’était un gars qui travaillait à temps plein dans une société et qui avait pour passion : « Les runes ». Dans l’émission, des personnes lui posait une question et il traduisait la réponse des runes. Ne pouvant vérifier la réponse sur le champs, on demandait aux personnes de recontacter l’émission pour savoir si ce qu’il disait été véridique. Devant son succès, on lui a demandait pourquoi il ne s’installait pas à son compte. Il a répondu qu’il aimait dépanner les gens mais qu’il n’était pas près à le faire à temps plein car c’était trop répétitif… qu’il était un gars physique et non mental, etc.
    Pour la petite anecdote, une dame téléphone donc à l’émission : elle a perdu son bridge dentaire (je ne sais pas s’il existe des bridges autre que dentaire) et s’inquiète en soupçonnant son chien de l’avoir avalé par inadvertance. Bruno interroge les runes… « Etes-vous sûr Madame de l’avoir perdu ? La dame confirme. « Votre chien n’a pas avalé votre bridge ».
    Bruno réinterroge les runes car, la réponse qu’il lit le gène. Mais les runes sont catégoriques ! « Votre bridge n’est pas perdu. Vous l’avez toujours » Personne ne comprend et la dame demande plus de précision. Alors, Bruno lui répond le plus sérieusement possible :  » Je ne sais pas où il est exactement mais, le bridge ne vous à jamais quitté ». 😉

    1. Hello La Rédactrice
      Merci pour cette anecdote, non je ne connais pas du tout ce « Bruno » mais du coup je me demande comment on peut avaler son bridge sans s’en rendre compte ! Je connais l’expression avaler son dentier mais ça veut pas dire la même chose 🙂
      Et je suis bien d’accord, parfois on s’en mord les doigts de ne pas écouter son instinct ! C’est pour cette raison que j’insiste aussi souvent sur les 3 centres car le centre instinctif/intuitif est celui que dans nos sociétés modernes on met très souvent de côte.
      Merci d’avoir partagé cet aspect divinatoire des runes. Moi je ne sais pas les interpréter avec autant de précision mais ceux qui savent le faire sont souvent très précis grâce aux runes.

Ajoutez votre grain de sel !