les 10 principes de la souveraineté intérieure pour être soi.


Easy coaching

Les 10 principes pour agir et penser en Homme et Femme libre.

Souviens-toi que tu n’as qu’une seule vie à vivre. Certains la passent à genoux ou courbés comme des valets et d’autres la traversent avec fierté, le dos bien droit.

Ces 10 principes de souveraineté intérieure ne sont pas gravés dans le marbre, mais plutôt une façon de se regarder et d’être soi autrement que par le biais de la performance ou du bonheur.

Peu de gens sont capables d’être libres et souverains, car c’est tout le contraire du pilotage automatique. Quand tu es souverain, tu te places aux commandes de ton esprit et de ton corps.

Est-ce que des personnes aussi influentes et humanistes que Gandhi, Martin Luther King, Simone Veil, Mère Térésa, le Commandant Cousteau et tous les gens qui aujourd’hui se battent pour défendre des valeurs seraient d’accord avec ces 10 principes de souveraineté intérieure  ?

Obéissent-elles aveuglément ou au contraire se considèrent-elles comme souveraines ?

Si tu regardes bien, tu verras que tous les gens qui comptent ou ont compté dans ta vie n’étaient pas forcément les plus intelligents ou  les plus gentils  mais les plus libres et les plus aptes à défendre leur personnalité, leurs talents et leurs convictions.

Pense aux gens que tu admires, aux personnes qui ont ou ont eu un impact positif dans la société.

Pour être souverain intérieurement, ces principes doivent fonctionner pour toi, mais aussi pour les autres. Tu ne peux pas vouloir être profondément TOI et refuser aux autres la possibilité d’être profondément eux-mêmes.

Même si ce qu’ils sont ne te plait pas. Et c’est cela le plus dur à accepter.

Etre souverain pour soi, c’est assez facile. Accepter que les autres soient souverains aussi, c’est une autre histoire.

Le vrai développement personnel ne vise pas les performances ni le bonheur des hommes, mais leur liberté selon moi. Gandhi ou Mandela ne se battait pour le bonheur mais pour l’autonomie et la liberté.

L’idée de cette petite entrée en matière est simplement de commencer à réfléchir d’une autre façon.

Les 10 principes pour être soi, libre , autonome et souverain dans ses décisions.

1) Règle d’or. Je ne pense pas que tu puisses trouver un seul exemple de personne autonome et libre  qui ayant renoncé à son pouvoir de décision  ait réussi à s’accomplir et s’épanouir dans la vie.

Je suis seul responsable de MOI. Je suis responsable de ma vie et de celle de mes enfants jusqu’à ce qu’ils soient responsables d’eux-mêmes. Personne ne pourra jamais prendre les responsabilités à ma place. Sauf si j’abdique et renonce à mon pouvoir de décision.

2) Chaque être adulte qui se veut souverain considère les autres adultes comme des êtres souverains. Et on ne peut pas prendre une décision pour quelqu’un d’autre si cette autre personne est saine de corps et d’esprit. Le  chantage émotionnel n’a aucune prise sur un être souverain. Tu ne peux n’y en faire n’y être soumis.

Je suis conscient de ma personne et de ma capacité à m’auto-gérer. Je prendrai la responsabilité de ma santé physique et morale. Je prendrai la responsabilité de mon corps, de mes pensées, de mes émotions et de mes actes. Je laisserai les autres adultes prendre la responsabilité de s’auto-gérer.  Cela n’exclut en aucun cas l’entraide et la compassion mais dans la limite de la souveraineté de chacun. 

3) Penses-tu que tu peux être souverain et libre si tu sais que l’on t’exploite ou que l’on te manipule ? On ne fait pas toujours ce que l’on veut, mais si tu prends conscience d’une telle situation, utilise ton énergie et ta créativité pour changer les choses. Cela prendra peut-être du temps, mais ce temps sera utilisé à vivre et infléchir la situation et non à subir.

Je suis un Homme, un être souverain. Je ne serai jamais un esclave soumis  exploitable et manipulable par une tierce personne, une entreprise ou un État.

4) On ne peut pas vivre sans argent et s’extraire du système économique. Mais ne laisse pas l’économie aux politiciens et aux financiers. Un souverain ne dilapide pas son trésor et ne l’offre pas non plus à ses ennemis. Sois conscient de la façon dont tu dépenses ou protèges ton argent.

Je comprends que le système économique doit être au service des Hommes et pas l’homme au service de l’économie. Je ne laisserai aucune organisation lobbyiste, commerciale ou politique faire de moi une simple variable d’ajustement dans la production de valeur.

5) Règle d’or du libertarianisme  : le pacte de non-agression. On ne peut pas être sain d’esprit, humaniste et dire que l’on va agresser des gens qui ne nous ont rien fait ou avec qui l’on ne partage pas les mêmes valeurs. Sinon cela veut dire que l’on se comporte en tyran pour soumettre d’autres gens à notre volonté ou nos croyances. C’est contraire à l’idée fondamentale de la liberté.

 Je n’empiète jamais sur la souveraineté d’un individu, mais je ne laisse jamais personne empiéter sur la mienne. Je n’attaquerai pas, mais attention, je me défendrai si quelqu’un brise ce pacte. 

6) Est-ce que les gens influents ou créatifs obéissent aveuglément ? Choisis délibérément qui tu décides de suivre. Une autorité n’est pas forcement sage et visionnaire, il n’y a qu’à regarder l’histoire du 20e siècle.

Je ne me soumettrai jamais à une autorité dont je ne reconnais pas la légitimité. Ma loyauté et mes convictions ne sont pas des marchandises.

7) Pour certains la guerre se justifie et pour d’autres non. Fais-toi toujours ton opinion en regardant plusieurs aspects des choses. Méfie-toi des prédicateurs religieux ou politiques. Personne ne détient la vérité absolue car elle n’existe pas. On peut simplement faire le choix que l’on trouve le plus juste à un moment précis.

Je ne laisserai jamais personne diriger ma conscience. J’établirai mon propre code d’honneur ou éthique personnelle, en mon âme et conscience, sur ce que je juge acceptable ou ce qui ne l’est pas.

8) La souveraineté et la liberté n’impliquent pas la sagesse et la science infuse. Mais pour continuer de rester libre et souverain, il faut pouvoir admettre ses erreurs, se pardonner et faire de nouveaux choix pour progresser et évoluer. Sinon tu deviens l’esclave de ton passé.

J’assumerai les conséquences de mes actes et de mes choix. Je m’accorderai toujours la possibilité d’admettre que je me suis trompé et la possibilité de faire de nouveaux choix en conséquence.

9) Règle d’or du pacte de non-agression : tu ne peux pas spolier, voler ou nuire sciemment à d’autres êtres souverains ( c’est à dire aux gens qui respecte le pacte de non-agression). La violence et l’outrage exercés sont les mêmes que la violence physique.

Je ne m’approprierai aucune ressource naturelle ni connaissance appartenant au patrimoine de l’humanité et je combattrai fermement ceux qui veulent m’en priver.

10) La souveraineté intérieure est un état d’esprit propre aux personnes qui placent leur dignité et leur contribution au monde avant leurs intérêts immédiats. Les personnes mesquines sont esclaves des circonstances. Les personnes souveraines gardent la même ligne de conduite dans la joie comme dans l’adversité.

Je fais en sorte que ma parole ait de la valeur pour me respecter et être légitimement respecté. J’évite les comportements et les propos mesquins et je me pose une question avant de prendre une grande décision : est-ce que ce que je fais me paraît juste ? C’est le seul moyen pour avoir la conscience en paix et me sentir en harmonie avec les autres.

Alors, qu’est-ce que tu en penses ?

ça vaut le coup d’y réfléchir un petit peu, non ?

Tu remarqueras que je ne parle jamais en termes de bien ou de mal, car ce n’est pas à moi de dire ce qui est bien ou mal. Le bien et le mal sont des notions relatives selon la culture et l’époque.  Alors que le principe du pacte de non-agression est considéré comme le plus JUSTE possible, quelles que soient les époques ou les cultures.

Pour me contacter et commencer à vraiment être toi, tu peux le faire

Le formulaire ne peut pas être chargé. Veuillez contacter l’administrateur du site.

A bientôt

Marjorie, ta coach 100% anti-manipulation

2 réponses à « les 10 principes de la souveraineté intérieure pour être soi. »

  1. 10 fois d’accord ! Pas toujours évident à appliquer mais c’est important. Je reviendrai les relire de temps en temps, je pense 😉
    Merci Marjorie.
    (je t’invite à effacer cette partie de mon commentaire quand tu auras corrigé : il y a une petite erreur dans la numérotation des principes, ils sont bien 10 mais le 3 est indiqué deux fois à la place du 9)

    1. Merci Sandro 🙂
      Néanmoins, je vais garder ton commentaire intact car je trouve que c’est un très bon exemple de coopération entre êtres souverains. Tu n’éprouves pas le besoin de faire mousser ton ego en pointant une erreur dans mon texte. (que j’ai immédiatement corrigé :-). Tu me laisses le choix. Et je t’en remercie.
      Et moi en être souverain, je choisis de le garder intact non pas pour me justifier auprès de toi (tu corriges mes livres donc … tu as vu bien pire) mais pour expliquer la difficulté à ceux qui ne me connaissent pas et tomberaient par hasard sur mon blog.
      C’est très difficile d’être libertarien quand tu n’es ni d’extrême droite, ni d’extrême gauche mais que tu es pragmatique et évolutionniste comme moi. Ce texte, j’ai mis plus de 6 mois à l’écrire, le synthétiser, à le retourner, le remanier dans tous les sens, à essayer d’extraire la complexité de mes pensées et émotions, sans tomber dans un des travers de l’ultra-libéralisme ni de l’idéal socialiste ni même dans l’idéologie libertarienne. J’adhère à certaines choses et pas du tout à d’autres.
      1000 mots, 6 mois et pourtant encore des erreurs, pour m’extraire de la pensée toute prête et créer mes 10 principes de la souveraineté intérieure. Mais au bout de six mois quand je me relis, je ne vois plus les mots, seulement l’idée. (en comparaison, j’écris 600 mots chaque jour avant 10 heures du matin, pour mes abonnés à la newsletter :-))
      Alors une attitude mesquine aurait été de pointer directement du doigt mon erreur et une attitude non-souveraine aurait été de ne rien dire de peur de blesser mes émotions. Une attitude souveraine et coopérative, c’est de considérer l’autre comme un être souverain, responsable de ses erreurs, capable de gérer ses émotions et de lui offrir la possibilité de se corriger.
      Et pour cela je te remercie Sandro 🙂

Ajoutez votre grain de sel !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.